Méthode contre les pensées négatives

Methode-contre-les-pensees-negatives_imagePanoramique500_220

The Work

Soirée pluvieuse sur Strasbourg-Saint-Denis, à Paris. Un environnement peu ensoleillé pour découvrir la dernière technique d’épanouissement « in » sur la côte californienne… Mais puisque cette vague vient jusqu’à nous, autant plonger. Byron Katie, la soixantaine rayonnante, est la créatrice de ce travail sur soi sobrement baptisé The Work (Le travail, en français). Son livre, paru en 2003, est un best-seller et Time Magazine a classé son auteur parmi les « leaders spirituels les plus innovateurs ». Aujourd’hui, des groupes mensuels animés par certains de ses élèves naissent à travers toute l’Europe… et dans notre capitale. Il était donc temps de découvrir l’un de ces « cercles d’investigation ». Pas de meilleur endroit, en effet, pour comprendre cette méthode qui cherche à nous libérer de notre confusion intérieure. Ni thérapie ni dogme spirituel ou philosophique, The Work est une expérience à vivre.

Je me raconte des histoires

Ce soir, ça se passe dans un centre associatif. Dans la salle réservée au « travail », un éclairage improbable, huit chaises de plastique bleu alignées en demi-cercle. Vacances de Pâques obligent, nous sommes peu nombreux : quatre femmes et deux hommes, dont Frank Kane, chef d’orchestre de la soirée. Traducteur technique de profession, il a suivi une formation – deux grands stages de neuf jours – qui l’autorise désormais à transmettre The Work.« Pratiquer régulièrement cette technique a changé ma vie, explique-t-il. J’ai de plus en plus de mal à croire mes “histoires”, ce que je me raconte toute la journée. Une de mes préférées parmi ces pensées qui me font souffrir, c’est : “Ma femme ne se rend pas compte de tout ce que je fais pour nous”… Aujourd’hui, quand je vois ce scénario arriver, je n’y adhère plus. Ou plutôt, lui semble me lâcher. En pratiquant le “Turn around” (« inversion »), j’intègre très vite de nouvelles options : “Je ne vois pas tout ce que ma femme fait pour nous”, ou “Ma femme voit ce que je fais pour nous”. Cela renouvelle mon énergie, un peu comme quand on essaie une nouvelle chemise. »

Suit une lecture d’un extrait du livre de Byron Katie sur cette technique d’inversion. Pour elle, en effet, toute pensée que nous nous répétons et qui engendre de la souffrance mérite d’être revisitée sous différentes formes, notamment en se l’appliquant à soi-même. « Tant que vous estimerez que la cause de votre problème est extérieure à vous, tant que vous supposerez que quelque chose ou quelqu’un d’autre est responsable de votre souffrance, la situation restera sans espoir. […] Ramenez la vérité à vous-même et conquérez votre liberté », écrit-elle.
C’est donc un travail approfondi sur nos projections, quand nous reprochons aux autres ce que nous ne voulons pas voir en nous, que sa technique propose.

Je m’étonne de ce côté interchangeable de toutes nos pensées : « Mais si tout ce que nous pensons est aussi facilement transformable, est-ce que ça veut dire que rien de ce que nous pensons n’est vrai, fondé ? » Frank me répond que la vérité ultime, c’est ce qui peut apparaître, enfin, lorsque toutes ces pensées inutiles se sont évaporées. Je pense à la recherche du vide mental : The Work serait-il une forme occidentale, accélérée, de l’ascèse zen ?

Ma pensée au crible

Après la théorie, la pratique. Frank nous invite à écrire l’une des pensées qui nous traversent régulièrement l’esprit. J’écris : « Le monde, les gens sont durs. » Mes voisins sont concentrés sur leur papier. Frank nous invite à mettre celui-ci dans un chapeau. « Nous allons tirer l’une de ces pensées au sort, indique-t-il, et la soumettre au “travail”. » C’est une phrase rédigée par ma voisine qui est choisie : « Le perfectionnisme tue la créativité. » Pendant une vingtaine de minutes, alternant le rôle de « facilitateur » (celui qui pose les questions) et celui de « client » (lorsqu’on répond), nous allons passer cette phrase au crible des questions.

Le brouhaha va grandissant dans la pièce. Je perçois des bribes de dialogues : « Est-ce vrai ? » « Oui, quand je commence un travail, je veux tellement bien faire que ça m’empêche toute fantaisie, originalité. » Je demande au « client » assis en face de moi : « Peux-tu absolument savoir si c’est vrai ? » Il hésite. « Non, parce que parfois en étant très précis et appliqué, perfectionniste, me répond-il, j’ai vu arriver de bonnes idées… » J’enchaîne : « Quelle réaction suscite en toi cette pensée ? » Il ferme les yeux, se tait un moment. « Ça me coupe les ailes, je retarde le moment de commencer mon travail… »

Et ainsi de suite jusqu’à ce que cette pensée, apparemment si personnelle, précieuse, profonde, soit essayée par tous, « triturée » en quatre ou cinq inversions possibles, au point de perdre finalement tout son impact. Son auteur, ma voisine, rit, s’amuse de voir tous les scénarios que son texte de départ a suscités avant d’être comme dissous dans l’espace. Je me dis que c’est là l’effet Karcher du « travail », une sorte de nettoyage radical et en profondeur nous évitant de rester « accrochés » aux pensées qui nous encombrent.

Je change mon regard

Arrive le moment fort de la soirée. Le face-à-face entre Frank et une volontaire. Voir comment notre mental fait barrière à notre bien-être est très pédagogique. Deborah, la belle quarantaine, expose son problème : « Pierre, mon compagnon, n’est pas assez intime avec moi. Il ne s’intéresse pas à moi, ramène toujours la conversation à lui… »

Frank rappelle une des consignes de Byron Katie : « Laissez le mental poser les quatre questions, laissez le cœur y répondre. » Puis il commence l’investigation : « Est-ce vrai ? » « Oui, j’aimerais bien qu’il s’intéresse plus à moi, mais il s’intéresse plus à ce que je pense de lui… » Frank demande alors à Deborah de se visualiser dans une pièce avec son compagnon. « Vous regardez Pierre et vous pensez : “Il ne s’intéresse pas à moi.”… Etes-vous certaine que c’est vrai ? »

« Oui, je le vois indisponible, isolé, il me semble difficile à approcher… » Frank l’arrête : « Et vous, qu’est-ce que vous ressentez ? » « J’en ai assez de cette situation, je me sens résignée, en crise toute seule dans mon coin… » « Comment seriez-vous sans cette pensée ? », continue le facilitateur. « Eh bien… je crois que je me dirais simplement : “Tiens, il lit son journal”, je pourrais alors être plus légère, plus libre d’aller lui parler… » Peu à peu, Deborah réalise combien elle s’éloigne de toute intimité avec Pierre. Frank lui propose d’inverser sa pensée de départ, qui devient : « Je devrais m’intéresser plus à lui », ou encore : « Je devrais m’intéresser plus à moi-même. »

Le dialogue, intense, dure près de trente minutes. Pour Deborah, l’idée qu’« un homme doit s’intéresser à sa femme » mène le bal. Mais cette pensée est-elle enrichissante, ouvre-t-elle à des pistes d’épanouissement ou d’aliénation ? Deborah découvre qu’elle a toutes les réponses en elle. The Work lui a permis d’aller les chercher.

Je quitte le stage avec la sensation d’être prête à vivre avec un esprit plus ouvert, allégé. Je me dis qu’en France, où l’on est tellement attaché à ses idées, on aura du mal à comprendre ce genre de technique. Puis, très vite, je pense : « Est-ce vrai ? »

Les quatre questions

« Derrière chaque sensation désagréable se cache une pensée qui n’est pas vraie pour nous », affirme Byron Katie. Lorsque vous ressentez un malaise, menez un travail d’investigation : soumettez votre pensée à quatre questions, toujours les mêmes. N’hésitez pas à vous munir d’une feuille et d’un crayon, ou à vous adresser à un proche.

A propos de cette pensée, demandez-vous :

– “Est-ce vrai ?”
Ecrivez ou énumérez différents développements de cette pensée.

– “Pouvez-vous absolument savoir si c’est vrai ?”
Avez-vous des preuves concrètes de ce que vous avancez ? Si oui, lesquelles ? Quels éléments vous permettent d’affirmer cela avec certitude ?

– “Quelle réaction suscite en vous cette pensée ?”
Entrez en contact avec les sentiments que fait naître en vous cette pensée. Quels comportements en découlent ?

– “Qui seriez-vous sans cette pensée ?”
Imaginez-vous libéré d’un tel scénario. Que feriez-vous de différent ? Comment cela changerait-il ?

Retournez votre phrase. Plusieurs types d’inversions sont possibles : on retourne le jugement vers soi-même, vers l’autre et vers son contraire. Exemple : « Paul devrait m’aimer » peut devenir « Je devrais m’aimer », « Je devrais aimer Paul », « Paul ne devrait pas m’aimer. » Inversez l’affirmation initiale à votre guise jusqu’à ce que vous trouviez l’inversion qui vous touche le plus.

Katie Byron

Femme d’affaires alcoolique, dépressive et constamment sous tranquillisants, Byron Katie mène jusqu’en 1986 une vie sans espoir. Elle alterne crises de boulimie et périodes d’abattement, jusqu’à la sensation de vivre un « effondrement de la personnalité ». Elle intègre alors un centre de cure. Durant son séjour et ses longues marches dans le désert Mojave, elle vit une forme d’éveil : « C’est comme s’il n’y avait plus de moi, écrit-elle. J’ai pu voir monter toutes les pensées qui m’envahissaient, et surtout je ressentais leur impact sur mon corps. » Peu à peu, à force de questionner ces pensées, elle s’en libère et se transforme.

Depuis 1992, elle dispense son enseignement dans tous les Etats-Unis, dans les prisons, les écoles et les hôpitaux. Son livre, Aimer ce qui est (Editions Ariane, 2003), est devenu une véritable référence.

Article de Pascale Senk sur Pyschologies.com

Publicités

2 réflexions sur “Méthode contre les pensées négatives

  1. Merci beaucoup, c’est vraiment génial, même si, d’une manière générale, je trouve que la pratique du yoga elle-même nous permet une plus grande empathie, il est bon aussi d’avoir une méthode consciente sur laquelle s’axer quand on n’est plus dans l’espace protecteur de la détente apportée par le yoga. Des méthodes de développement personneĺ, il y en beaucoup, mais l’avantage de celle-là, je trouve, c’est qu’elle travaille à partir du mode de fonctionnement réel du mental, à savoir des scénarii et des sentences absolues. La méthode des inversions est une vraie trouvaille. Après, il faut ancrer la technique dans son quotidien…

    1. C’est très vrai ce que vous dites, le plus difficile n’est pas juste de croire en la pratique mais de la mettre justement en pratique au quotidien.
      Le mental nous joue souvent des tours auxquels on croit et auxquels on s’accroche. Cette méthode offre une nouvelle perspective ainsi que la possibilité de se rendre compte que notre prisme peut-être flou et mérite d’être nettoyé.

      Ce nettoyage ne se fait pas sans quelques resistances mais c’est là que cela devient intéressant. Se poser les bonnes questions permet de se comprendre et de savoir qui on est vraiment. L’observation, sans jugement, de notre être offre un panel riche d’évolution.

      Et finalement, le Yoga offre aussi ce panel sous un angle différent.
      Car le Yoga traditionnel met en lumière les dangers des illusions créées par le mental (Maya) ; son but ultime est de calmer celui-ci.
      Pleinement intégré, le Yoga permet d’accéder à une méditation en pleine conscience dans n’importe quelle posture et donc, au quotidien, de faire en sorte que le mental ne s’emballe jamais peu importe la situation dans laquelle il se trouve 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s